Au nom de la diversité

Comme souvent, le contenu de ma Newsletter est basé sur la nature et mon expérience avec elle. A la fin de ce magnifique début d’automne, j’étais encore en train de récolter des légumes de mon jardin. Cette année, malgré un départ printanier assez difficile et quelques erreurs d’amateur, mon potager était un vrai succès. Ça fait presque deux ans que j’ai commencé à investir ce terrain pour en faire un potager, basé sur des principes de la Permaculture. Un terme très à la mode pour désigner une manière de respecter la nature et son équilibre et de faire une culture mixte. Avant même de connaître cette méthode agro-économique, j’ai appliqué cette manière en mélangeant mes légumes et fleurs. Déjà ça fait beaucoup plus joli, mais surtout j’adhère depuis toujours à l’idée d’une biodiversité et, plus globalement, à la diversité tout court.

Je ne vais pas vous donner un cours sur la Permaculture, ni sur la meilleure manière de créer un potager. J’aimerais vous parler des avantages de la diversité. Car c’est la conclusion que je peux tirer de mon expérience potagère. Elle illustre de façon très simple la richesse qu’un respect des éléments et la multitude de choix peuvent apporter.

Dans les médias, les débats politiques, écologiques ou humanitaires avec leurs étalages d’idéaux sont un peu partout présents. Rare sont les soirées entre amis où il n’est pas question des dernières dénonciations de fraudes économiques ou écologiques, les prises de position politiques et sociales, des indignations face aux conflits et drames humanitaires. Chacun a son interprétation, son point de vue et une vision d’une éventuelle solution (manger différemment, méditer et penser positif, boycotter certains produits et soutenir d’autres, ouvrir ou fermer les frontières ; éliminer des personnes ; glorifier des idéaux ; pardonner des actes,  contrôler, réduire, abolir, investir, permettre, accuser, produire, introduire, protéger, interdire, …).

Qui peut prétendre d’avoir raison ? Comme dans mon potager, c’est la diversité qui fait la richesse et finalement produit le plus de bonnes choses. Tout foisonne quand c’est mélangé. Il faut simplement observer comment les plantes s’épanouissent et se soutiennent mutuellement pour améliorer leur développement. Malgré, ou plutôt parce que ça ne se passait pas toujours comme je voulais, mon petit potager remplissait avec joie mon congélateur pour tout l’hiver. Il nourrit non seulement moi, mes amis et mes voisins, mais tout l’organisme qui constitue ce potager. Cela concerne autant les jolis papillons que les limaces voraces ; que ça me plaise ou pas.

Comme la monoculture traditionnelle appauvrit la terre, une soirée où il n’y a pas différentes opinions devient vite ennuyeuse. Sans se confronter à d’autres idées, comment pouvons-nous développer, enrichir, adapter et finalement fortifier les nôtres ?

Par contre, si nous essayons d’imposer nos idées, c’est comme vouloir garder seulement les carottes et arracher les courgettes, les salades, les fraises et les tournesols. Notre potager sera non seulement d’un monotone à faire fuir la dernière mouche, mais nous et notre entourage serons obligés de ne manger que des carottes durant toute une année.

Si nous ne disons jamais rien ? Même nos meilleures idées finissent pourries par terre. Donc la diversité et l’échange sont essentiels à tout développement.

La permaculture propose une forme de recherche très intéressante d’un équilibre entre une productivité nutritionnelle, le respect de la nature et une diversité d’espèces. Ce qui peut se traduire en faire grandir nos idéaux, le respect de l’autre et la diversité d’opinions.

Dans d’autres domaines des propositions émergent également et qui méritent d’être étudiées. Le plus important pour moi (et j’insiste sur ce point) c’est que ce ne sont que des propositions qu’il faut tester et non des dogmes qu’il faut appliquer.

Ce qui m’amène à une réflexion par rapport à mon métier de thérapeute de santé et bien-être. Dans ce domaine des nouvelles thérapies, des régimes super-sains ou des sports « trendy » apparaissent de plus en plus, avec des livres, des conférences et vidéo. Et beaucoup prétendent détenir la solution miracle.

…mais je déroulerai ce fil de réflexion la prochaine fois. Je m’en réjouis d’avance.

Permaculture définition
Ferme du Bec Hellouin – une référence en France
Et un site que j’aime bien et que j’utilise régulièrement

Vous aimez cet article ?

Partagez sur Facebook
Partagez sur Twitter
Partagez sur Linkdin
Partagez sur Pinterest

Laissez votre commentaire

Parlons de vous

Qu'aimeriez-vous clarifier?

Les questions me sont envoyées par e-mail. Je réponds personnellement à chaque demande. 

Vos informations sont traitées en toute confidentialité et sécurité